mardi 22 novembre 2011

Expatriation aux Etats-Unis et apprentissage de la lecture


Une de mes aventures personnelles lors de ce séjour à Chicago a été la découverte du système éducatif américain. Cela a été un choc culturel dont j’ai déjà parlé dans différents billets. Mais la nouveauté a surtout été l’apprentissage de la lecture en anglais alors que la langue de Shakespeare n’était pas encore maitrisée par mes deux loupiotes lors de notre arrivée en 2008.

Ainsi ma fille ainée a appris à lire en anglais avant de le faire en français. Et, bien que cela ne soit pas évident au quotidien, on y arrive. Cette expérience m’a permis de découvrir de merveilleux auteurs anglo-saxons pour la jeunesse. Car à la grande différence de la France, l’apprentissage de la lecture ne se fait pas ici avec un manuel dédié. Autrement dit, les enfants n’ont pas un livre du genre Daniel et Valérie qu’ils lisent tous les jours, page après page, leçon après leçon. D’où mon étonnement quasi quotidien en début d’année de first grade (CP) et la question récurrente : mais comment font-ils pour leur apprendre à lire ?

Apres avoir questionné la maîtresse, il s’est avéré qu’il fallait non seulement que je lise à ma fille mais aussi qu’elle me fasse la lecture avec NOS livres. Il a donc fallu que j’improvise pour plusieurs raisons :
- j’avais plus de livres pour enfant en français qu’en anglais.
- Je n’avais pas forcément des livres adaptés au niveau de ma fille débutante non seulement en lecture mais aussi en anglais ! Je me rappelle avoir passé des heures à lui lire en anglais et à lui faire la traduction en français phrase par phrase pour qu’elle comprenne l’histoire.

Comme nous avons vite finit par faire le tour de notre bibliothèque personnelle en langue anglaise, je me suis rapidement constituée un stock de petits livres dédiés à l’apprentissage de la lecture. Il existe différentes collections, mais celle que nous préférons à la maison, c’est Step into Reading qui propose des livres en fonction du niveau de lecture de l’enfant : Ready to read (Pre-K et Kindergarten), Reading with help (Pre-K – Grade 1), Reading on your own (grades 1-3), etc… jusqu'à Ready for chapters (grades 2-4). Les autres collections sur le marché fonctionne sur le même système mais à l’usage j’ai constaté que les niveaux de lecture entre collections n’étaient pas les mêmes. Autrement dit, un niveau 2 dans une collection peut correspondre à un niveau 3 dans une autre.

Outre l’achat régulier de ces livres qui me resservent aujourd’hui pour ma cadette, nous avons utilisé intensivement notre bibliothèque de quartier. Suivant les conseils de lecture de mamans américaines, j’ai emprunté abondamment les livres du Dr Seuss. Cet auteur, que je ne connaissais absolument pas du tout avant de mettre les pieds aux US, est une vraie star dans le monde de l’éducation et auprès des familles américaines. Il faut dire que ses livres se prêtent particulièrement bien à l’apprentissage de la lecture en anglais pour trois raisons : l’utilisation récurrente de mots de base (les fameux sigh words), de rimes et des mètres trisyllabiques. Les illustrations et les personnages hors du commun ajoutent une note humoristique aux histoires farfelues. Les enfants les lisent facilement et donc en redemandent, aiguisant ainsi leur goût pour la lecture.
Un classique du Dr Seuss
Pour s’assurer que les enfants lisent quotidiennement, les instits donnent à remplir au début de chaque mois une reading log. C’est une sorte de calendrier ou doit être noté jour après jour le titre du livre lu, le nom de l’auteur et la durée de la séance de lecture faite à la maison. Il faut lire sept jours sur sept et les parents doivent signer quotidiennement cette fiche qui est rendue en fin de mois. Attention, cette reading log fait partie de la note finale à la fin du trimestre. Un élément donc à ne pas négliger.

Pour ceux qui habitent Chicago, le musée de la science et de l’industrie de Chicago rend actuellement hommage à l’œuvre du Dr Seuss à travers une très jolie exposition qui plaira aux enfants et aux parents et ce jusqu’au 8 janvier 2012. 

11 commentaires:

  1. Effectivement, ce doit être un sacré challenge d'apprendre à lire en anglais quand la langue parlée à la maison en est une autre ... Mais c'est ce que vivent la plupart des enfants américains d'origine hispanique, ou chinoise, non ?
    En ce qui concerne vos filles, je pense qu'elles ont une chance extraordinaire de vivre cette expérience dès le plus jeune âge.
    J'ai 2 enfants de 10 et 12 ans et nous sommes arrivés à Chicago depuis 4 mois, mais l'apprentissage de l'anglais oral et écrit est plus laborieux. Leur enseignante d'anglais nous a dit que jusqu'à 5 ou 6 ans, les enfants de traduisent pas dans leur tête lorsqu'ils font l'apprentissage d'une nouvelle langue, comme si le cerveau pouvait stocker les 2 langues sans chercher à les comparer l'une à l'autre. En revanche, des enfants plus âgés passent par l'étape de la traduction, car leur langue maternelle a pris "toute la place" et que c'est un réel effort de faire de la place pour une nouvelle langue. Et pour les adultes, n'en parlons même pas ... C'est encore plus difficile !
    Merci encore pour tous ces articles, votre blog est passionnant !
    Cécile

    RépondreSupprimer
  2. Merci Cecile pour ce commentaire qui apporte beaucoup a mon billet.
    Je suis tout a fait d'accord avec vous. C'est beaucoup plus facile quand les enfants sont petits. En fait je pense que la fenetre ideale est entre 4 et 6 ans, une fois que la langue maternelle est assez bien ancree. L'immersion totale dans une autre culture peut alors etre extremement positive. C'est ce qui se passe pour mes filles qui sont arrivees aux Etats-Unis a l'age de cinq ans et demi et trois ans et demi. C'est aussi en raison de leur age que nous avons fait le choix d'une ecole americaine pour assurer une immersion totale. Cela a des avantages et des inconvenients. Du coup, nous devons aussi travailler beaucoup le francais a la maison (parle, oral et ecrit)pour maintenir un bon niveau dans la langue maternelle. Car c'est l'anglais qui devient alors la langue dominante (a cause de l'environnement) meme si nous ne parlons que le francais a la maison. Nous sommes un ilot de langue francaise entoure par l'anglais.

    RépondreSupprimer
  3. Que pensez-vous faire pour la suite de la scolarité de vos 2 filles ? Si vous restez aux Etats-Unis durablement, vous les laisseriez dans le système scolaire américain ? Je pose cette question, car beaucoup de mes amis français ont une image négative du niveau d'éducation scolaire aux Etats-Unis, en tout cas pour le primaire et le secondaire. Pour notre part, n'étant ici que pour 2 ans, et nos enfants étant plus âgés, nous avons choisi de les scolariser au Lycée Français. En effet, lorsque nous rentrerons en France, notre fils rentrera en 3eme et notre fille en 5eme. Peut-être aurions-nous décidé différemment s'ils avaient été plus jeunes. Mais il est évident qu'ils passent à côté d'une expérience qui aurait pu être très enrichissante.
    Cécile

    RépondreSupprimer
  4. Merci Cecile pour ce commentaire. Nos filles vont reintegrer une ecole francaise internationale a partir de la prochaine rentree scolaire (Sept 2012). Nous avons fait le choix d'une ecole americaine sachant que c'etait une fenetre d'opportunite unique pour elles : elles etaient tres jeunes et nous savions que nous resterions pour une duree limitee aux US. A partir de septembre 2012, elles seront a priori toujours dans le systeme francais de l'education nationale (en France ou a l'etranger). Je ne regrette pas notre choix meme si depuis l'annee derniere nous leur faisons suivre le CNED (classe de francais seulement) pour que le retour dans le systeme francais ne soit pas trop difficile. Cela demande beaucoup d'investissement et de temps autant pour elles que pour moi mais je prefere le faire plutot que de galerer l'annee prochaine.
    Il est difficile de comparer le systeme francais au systeme americain car il ne repose pas sur les memes valeurs ni les memes methodes. C'est pour cela que je dis que c'est un choc culturel en soi. Il faut s'y faire et a partir du moment ou on a fait ce choix, il faut tout accepter (methodes pedagogiques, valeurs, etc...). C'est une experience unique pour notre famille. Je pense aussi qu'il faut bien selectionner l'ecole americaine si l'on fait ce choix. Et si l'on part sur une ecole publique americaine, il faut vraiment faire des recherches en amont.
    A bientot.

    RépondreSupprimer
  5. Merci beaucoup pour cet article très intéressant. Je suis tout à fait d'accord avec l'idée que le meilleur moment pour apprendre une seconde langue se situe à l'âge de 4-5 ans, lorsque la première langue est bien intégrée. Ma fille a 4 ans et demi et elle est née aux Etats-Unis. Elle est donc bilingue mais son niveau d'anglais est moins bon qu'un enfant de son âge et son niveau de français est également moins bon. L'apprentissage de la lecture est un véritable casse-tête pour moi. Elle va à l'école américaine où l'apprentissage se fait très tôt. La plupart de ses camarades savent déjà lire. Je ne sais pas comment m'y prendre personnellement. Dois-je lui apprendre à lire en français dès maintenant ? Dois-je attendre qu'elle sache lire en anglais avant de lui apprendre en français ? Si vous avez des conseils, je suis preneuse.
    J'ajouterais qu'il faut savoir s'adapter à chaque enfant. Certains n'ont aucune difficulté à intégrer deux langues, d'autres sont complètement bloqués. Je pense que ma fille se situe entre les deux. A partir de quel âge avez vous commencé les cours au CNED avec vos filles?
    Cela fait beaucoup de questions... Merci et merci pour ce blog que je suis très régulièrement
    Anne

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Anne,
    Je suis completement d'accord avec vous sur le fait que chaque enfant est different sur tous les plans et surtout en terme d'apprentissage.
    Je le vis au quotidien avec mes deux filles que j'eleve et eduque pourtant de la meme maniere.
    Je me suis posee exactement les memes questions que vous pour l'apprentissage de la lecture dans les deux langues. Voila comment nous avons procede. Le plus important c'est le rythme de votre enfant, c'est a vous de voir si elle prete ou pas.
    Comme nous les avons mis en ecole americaine, la premiere etape a ete d'apprendre l'anglais.
    Pour mon aine qui etait en Kg la premiere annee, nous l'avons d'abord laissee s'adapter. En kg elle ne faisait pas de CNED et en first grade non plus. En revanche en first grade, nous avons fait Danielle et Valerie avec elle (livre de lecture et d'exercices d'ecriture) une fois par semaine. Nous n'avons commence le CNED pour le francais uniquement, seulement l'annee derniere en 2nd grade (CE1, donc a 7 ans) et elle continue cette annee. Son niveau de lecture est bon en francais et en anglais.
    Pour ma petite derniere qui est en 1st grade cette annee (CP), nous avons commence le CNED en francais seulement cette annee (elle a donc commence a 6 ans). Elle apprend a lire en anglais et en francais en meme temps mais elle est plus avancee en anglais. Nous faisons aussi cela car l'annee prochaine elle va reintegrer le systeme francais.
    Le prof d'anglais d'ESL de mon aine a toujours insiste sur le fait qu'il fallait absolument que je maintienne les deux langues en meme temps et trouvait que c'etait tres bien que j'apprenne a lire en francais aussi, car il pensait que c'etait le meilleur moment pour le faire.
    Pour ma grande, l'apprentissage de la lecture dans les deux langues s'est donc fait principalement en 1st grade (CP) donc vers 6 ans. C'est la meme chose pour ma seconde. Je pense que c'est l'age normal.
    Je trouve qu'apprendre a lire a un enfant de 4 ans, c'est un peu tot. Certains enfants sont prets mais pas d'autres.Il faut respecter le rythme de chacun. J'ai vecu ce meme decalage que vous. Venant de France, je trouve que les attentes de certains parents americains et de certains profs sont completement folles.
    Je ne suis pas prof mais je crois qu'il faut savoir attendre. A quatre ans, on doit surtout apprendre en jouant. Jouer, c'est le plus important. En revanche, donner le gout de la lecture en lisant a son enfant, c'est hyper bien. Voila pour mon experience personnelle. A vous de voir ce qui colle le mieux a votre fille. Mais je suis certaine que tout se passera tres bien.
    A bientot sur Expat Forever.
    V

    RépondreSupprimer
  7. Merci infiniment Véronique pour cette réponse détaillée, parfaitement claire et très rassurante.
    A bientôt sur votre blog !
    Anne

    RépondreSupprimer
  8. J'arrive bonne dernière et voici mon expérience : nous nous sommes installés definitivement aux USA alors que notre fils n'avait que 6 mois, il y a 28 ans de cela. Le francais est toujours la langue "de la maison", père, mère et enfant ne peuvent tout simplement pas s'exprimer dans une autre langue, nous aussi nous sommes un îlot francophone dans le Shakespeare Oceanique.
    Ce "petit" a ensuite fait son chemin tres correctement, passant par toutes les etapes/écoles sans sourciller, et finissant avec trois majors, psycho, anglais et francais.
    Aujourd'hui marié avec une Irlandaise, l'anglais est devenu le langage le plus important pour lui mais il nous telephone souvent, car, dit-il, il a besoin d'exprimer ses opinions et emotions dans sa langue maternelle.

    Enrichissement ou handicap ? je ne sais pas, je sais qu'il y a une chose à NE PAS FAIRE : c'est forcer l'enfant. J'ai connu des enfants qui refusaient totalement de parler l'une ou l'autre langue, et dans ce cas, je crois qu'il faut se plier au choix de l'enfant.

    Ce blog est infiniment précieux pour les expats, merci pour vos excellents articles

    Lisa

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Lisa,
    merci pour votre temoignage qui apporte beaucoup a cette discussion. C'est aussi l'objet de ce blog.
    Merci encore pour vos encouragements, cela me va droit au coeur et me pousse a continuer.
    A bientot sur Expat Forever.

    RépondreSupprimer
  10. zut de flûte tout se complique.`Nous sommes une famille de français débarqués aux US en septembre 2011, et avons mis nos enfants de 9 et 6 ans dans une école internationale bilingue français anglais. Finalement, nous trouvons qu'ils n'apprennent pas l'anglais et se privent d'un des aspects essentiels de la chance d'être expatriés: apprendre la langue. J'étais en route pour les inscrire dans l'école publique américaine d'en face pour la rentrée prochaine et je vois votre article avec les commentaires : il ne faut pas les forcer et c'est plus facile avant 6 ans. hum... embarrassant quand on veut le meilleur pour ses enfants mais qu'on trouve aussi dommage de rentrer en France dans 2 ans avec tout juste une réponse minable à "how are you?". Néanmoins, merci car du coup la réflexion se poursuit et est nourrie d'avis. (et félicitations pour le reste du blog auquel je n'ai pas pris de le temps de réagir) Anne

    RépondreSupprimer
  11. Merci Anne pour ce commentaire.
    Changer d'ecole et de systeme scolaire en cours d'expatriation (surtout quand elle est courte comme la votre, 2 ans seulement si je comprends bien)ne me semble pas une bonne idee. Cela fait encore un changement en plus pour les enfants, la remise en cause d'amities naissantes, etc ... Il vaut peut-etre mieux essayer de renforcer leur anglais par d'autres moyens : les inscrire a des activites extra-scoalires en dehors de leur ecole pour que l'immersion soit totale dans le cadre du foot ou de la danse, par exemple.
    Il faut aussi peut-etre leur laisser un peu plus de temps. Septembre 2011, cela ne fait que quatre mois en ecole internationale.
    Mon avis tres personel et qui n'engage que moi est le suivant: deux ecoles en deux ans (si c'est une solution que vous envisagez toujours), cela fait peut-etre un peu beaucoup surtout si lors du retour en France dans un peu moins de deux ans se profile une reintegration dans une nouvelle ecole (differente de celle frequentee avant le depart en expat) ou le college.
    Qu'en pensez-vous?
    A tres bientot sur Expat Forever.

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...